Prise de conscience humanitaire

(Extrait de La naissance d'une Philosophie)



La discipline de soi n'est pas inhérente au statut d'homme ou de femme que nous sommes. Nous avantageons des sens tel ce que nous sommes, tel qu'il est écrit dans les écritures. Il ne nous ait pas facile de discerner notre capacité de jugement sur les avantages des éléments de notre vie. Comment advenir de la supériorité de l'homme si la favorisation des affects assourdissants de la part innommable des sens inassouvis ne nous permet pas de nous avancer. Ne pas admettre notre petitesse au fond des choses nous est étranger par cet élément essentiel et favorable entre tous.

L'humanitaire pour horizon, nous allégeons conscience sur la véracité de l'entraide des peuples oubliés vers la disponibilité des peuples présents et régnants. Un transbordement des différentes civilisations nous est nécessaire pour parvenir à l'état de conscience supérieur.

Le Surhomme décrit par Nietzsche est totalement d'actualité, il est vain de réduire la part intellectuelle de nos actes les plus simples. La vie sur Terre n'est pas Une. La multiplicité de la présence cosmique nous parachève pour illuminer nos affects par une présence supérieure et mystérieuse qui loin de nous égarer, nous rend à nous-même. Savoir se trouver par le biais de l'ascension cosmique des idées intrinsèques de la vie sur Terre et dans l'Univers.

La cosmogonie présente en chacun de nous, nous aide et nous fédère. Il est illusoire de nous croire les maîtres. Nous ne sommes que des entités reliées par un fil métaphysique qui va bien au-delà de nos âmes humaines. Nous ne devons pas intervenir pour changer cet état sidéral. La Terre n'est pas le centre de l'Univers, donc l'Homme n'est pas ce qu'il croit être. Les religions font toutes erreur sur la nature divine. Un ethnocentrisme qui nous pousse à un désordre primal. Et nous serons les seuls responsables de ce néant universel. Les êtres humains que nous sommes ne devons pas oublier les lois de l'Univers. Les canaux centraux de notre cerveau grégaire par ces milliers d'années de guerre nous ont rendus les bêtes les plus féroces de l'Univers. La destruction de l'humanité nous guette par punition cosmique qui nous dépasse intégralement.

Ce ne sera pas juste par chute d'une civilisation mais bien la fin de la race humaine.

Par trop d'égocentrisme et de déisme, l'Homme déclenche son déclin. Et non pas la fin des temps comme le promettent les écritures. Pas de nouveau Big-Bang. Juste la fin de l'Homme sur Terre. Au même titre de l'extinction des dinosaures il y a des millions d'années. Nous, tous êtres humains que nous sommes ne devons pas oublier notre petitesse face aux éléments qui constituent l'Univers.


La naissance d'une Philosophie

Théorie de la page blanche pour soi-même et pour l'humanité

La liberté

Une éthique et une générosité élitiste ?

Théories des lois cosmiques

Prise de conscience humanitaire

L'absolutisme : Danger ou acte salvateur ?