Glose systémique



   
           

Si je devais expliquer ma pensée, je dirais qu’elle m’arrive au gré de l’inspiration du moment, au fur et à mesure que je vis ma vie, des textes m’arrivent, des idées, des pensées, et je les retranscris comme si on me les dictait. Comme de l’écriture automatique, inspirée par plus grand que soi, pour dire des vérités du monde ambiant et du monde des âmes. Je ne suis qu’un canal transmettant les pensées du bien du monde. Je n’en retire aucune gloire, juste une meilleure sagesse au vu de ce que j’écris. J’acquiers une acuité sur la vérité des choses, sans le voile de l’illusion.