Asymptote essentielle

(Extrait de La naissance d'une Philosophie)



Selon Victor Hugo : "Approcher toujours, n'arriver jamais ; telle est la loi. La civilisation est une asymptote."

C'est en effet ainsi pour la civilisation, sa sagesse toujours approchant, jamais atteinte. On tend à... On espère, on suit le fil du toujours plus civilisé, du toujours plus progressiste et sage. Mais c'est un idéal jamais atteint.

Car le progrès de la civilisation et sa sagesse n'ont pas de limites, c'est à l'infini. Tout comme l'infini du temps et de l'espace, Nous sommes au-delà de notre propre finitude. Au-delà de notre progrès matériel, il y a le progrès spirituel.

L'Humanité étant comme un enfant de 2 ans qui débute dans la vie, il y a fort à faire. L'essentielle, cette asymptote de sagesse nous érige en défenseur de l'humanité et de l'Univers. Les lois de la nature sont là, nous progressons toujours plus vers la sagesse mais à l'échelle du Cosmos, le progrès est minime.

La spiritualité intrinsèque du monde dans son ensemble nous permet de dire que la vérité disséquée de la vie est malmenée par l'orgueil humain. Cette excroissance laide du caractère de l'homme nous fait craindre une décélération dans l'avancement du monde. Pourtant, tous les signes du progrès dans la sagesse sont là

Il faudrait en somme, pulvériser les croyances erronées, supprimer cet atermoiement néfaste qui consiste à dire que le monde va mal et se dégrade. Il progresse au rythme du temps cosmique. Par contre, il est vrai, au rythme du temps d'une vie humaine, on peut trouver qu'il régresse. Ce sont les soubresauts de la terre, les différentes lignes de faille mal définies. Les détails humains en somme. A échelle d'homme, ce ne sont pas des détails, mais il faut voir plus haut, plus grand. Le Cosmos nous dépasse et son dessein également.


La naissance d'une Philosophie

Théorie de la page blanche pour soi-même et pour l'humanité

La liberté

Une éthique et une générosité élitiste ?

Théories des lois cosmiques

Prise de conscience humanitaire

L'absolutisme : Danger ou acte salvateur ?