Renversement des valeurs spirituelles



   
           

En cette journée internationale de la femme, je propose de renverser les valeurs spirituelles erronées. Car ces valeurs sont le fait des hommes. Et qui mieux que nous les femmes, savons ce qui est bon pour nous. Après tout, n’est-ce pas par ces 9 mois à faire un enfant que nous construisons l’âme de l’enfant à venir. Ce futur être qui n’a que l’ancrage en notre ventre pour s’appuyer à la vie. N’oublions pas que, par le biais de la réincarnation, l’âme se meut en cet enfant à venir. L’âme choisit sa future vie qui va en fait, par son futur vécu, agrandir son âme, faire avancer son âme vers un meilleur état d’être.

Mais les valeurs spirituelles sont transmises durant ces 9 mois. Une femme libre dans sa vie inculquera des valeurs spirituelles de liberté, d’indépendance, de souffle nouveau, d’esprit de conquête en douceur, d’amour et de compassion. Pour la régénération de l’espèce, à chaque nouvelle vie à venir, il faut que les valeurs spirituelles se régénèrent afin de coller au mieux au progrès sur Terre. La femme bénéficie d’avancées légales en termes de liberté, droit de vote, exercices de professions autrefois réservées aux hommes, contraception, avortement… C’est vrai que les avancées paraissent minimes par rapport aux droits des hommes mais les avancées sont là. Combien ces progrès seraient plus nombreux et conséquents si sur l’âme, la femme avait plus de liberté.

Tout en sachant que c’est d’abord sur les âmes que se préparent les actes du corps. Si la femme n’a aucune liberté spirituelle, comment pourrait-elle avoir une liberté du corps. Combien de femmes sont vraiment au fait de savoir qui est leur âme, où est-elle et avec qui est-elle ?

Dans toutes les religions, les guides sont des hommes, les femmes n’ont qu’un rôle subalterne, voir aucun rôle. A quand un prêtre femme, un imam femme, une femme Dalaï-Lama ? Ne parlons même pas d’un pape femme, une papesse.

La spiritualité est pour l’instant réservée aux hommes, et des hommes voués au célibat en plus. A part les pasteurs, ces hommes de religion qui se disent spirituels occultent totalement le rôle de la femme dans leur vie. A part leur mère, mais quid du rôle d’épouse ?