Pensée endémique



   
           

Arrivé à un point dans sa vie où une page blanche s'ouvre est pour ainsi dire l'avènement de la liberté d’être soi-même. Cette page blanche de notre vie nous astreint à réfléchir sur soi. Le karma positif et négatif étant liquidé, vient à nous une phase nouvelle en dehors de notre destinée primale. Si nous avons dépassé notre propre échéance mortelle initiale, alors, nous pouvons aisément voir cette page blanche qui nous arrive. Une peur peut nous étreindre à cette arrivée, mais si nous en sommes là, c’est qu’également nous avons atteint un niveau de maturité et de sagesse tel que cette liberté de pensée et d’actes ne nous fera pas tourner vers le mal.

Cette petite pensée qui nous revient sans cesse est une part de la vérité. Elle s’amoindrit de façon synchrone au fur et à mesure que l’on accomplit sa loi. Ne pas la suivre ou la suivre… Si c’est la vérité, chassez-là, vous verrez elle reviendra. Une pensée qui est unique, à ceci qu’elle ne revient plus en nous, il faut l’oublier.

Notre cerveau imprime et sait d’avance ce qui est vrai. Gageons que nos neurones sachent faire la différence et nous faire avancer dans notre bon chemin. Nous ne savons à l’avance ce qui s’imposera à nous dans le futur. Mais si notre pensée y revient sans cesse, un voile est levé sur notre destinée. Je ne soumettrais pas l’idolâtrie d’une pensée à l’aune du destin mais si j’admets que ce qui s’impose à moi est pour mon bien, alors laissons place à cette ritournelle sérieuse qui arrive en nous.

Sachons débusquer la pensée vraie entres toutes les autres pensées parasites. Faire le vide en soi n’est pas ne plus avoir de pensées mais savoir taire les pensées distrayantes qui nous détournent de LA pensée, notre pensée subconsciente intrinsèque.