Du libre-arbitre et de la légèreté de soi



   
           

Pouvons-nous nous dire libres, vraiment libres ? Sommes-nous sûr de notre libre-arbitre ? Quelle est la part de liberté dans nos choix ? Nous avançons dans nos vies en se targuant de la choisir mais nos choix sont déjà déterminés à l’avance. Nous suivons malgré nous ce mauvais paramétrage qui lentement, inexorablement nous amène à notre déclin.

La légèreté de soi en faisant de notre vie une dissolution des actes et des affects selon nos instincts les plus divers nous poussent dans cette non-liberté. On ne peut faire sa vie en vivant selon nos impulsions. Seul moyen pour se sortir de cette illusion de libre-arbitre : Entrer en soi et réfléchir longtemps, lentement, souvent et profondément. Il faut intérioriser notre vie, la penser, la réfléchir et en ressortir autre… Cet autre dégagé de cette prison. Un nouvel état qui maîtrise le libre-arbitre de sa propre vie. L’avenir de chaque personne est d’être son propre chef dans sa propre vie. Se guider soi-même... Et non, être guidé par quelque autre que ce soit. La décision est en nous, aux tréfonds de notre être.

Mais la peur de s’intérioriser nous pousse à la légèreté de soi, une fuite dans la vie superficielle, ou dans la vie prisonnière de l’avis des autres. Le groupe qui nous pousse au déclin pour n’avoir pas su rester libre et n’avoir pas su vivre sans le groupe.

Pas besoin de se retirer dans le désert, en haut d’une montagne, en haut d’une tour, pour cela. Même au milieu de la foule, au milieu du brouhaha du monde, on peut s’intérioriser et entrer dans notre bulle pour vivre selon soi-même. Savoir occulter les bruits du monde qui nous assaillent et gagner sa propre liberté de penser, de faire, de dire, de vivre. Les autres ne sont pas nous. Chaque personne est unique, chaque chemin de vie est unique. Normalement… Mais pourtant, comme nous sommes semblables sur nos erreurs de vies… Tous moutons à suivre de mauvais chefs. Forcément mauvais puisque le seul bon chef pour nous-même est d’être nous-même notre propre chef.