Pensées atypiques

(Extrait de La naissance d'une Philosophie)



L’enfermement des pensées sur un mode étriqué plombe notre vie. Il faut respirer l’air du temps, s’imprégner en toute délicatesse des idées du monde. La vie des pensées est autonome, il nous faut juste attraper le fil. S’ensuit alors un flot continu d’idées novatrices dans tous les domaines. Un seul être humain ne peut tout intégrer de manière ubuesque. Il lui faut un filtre selon ses matières de prédilection. Ensuite, il prend en cours l’avènement des idées universelles. Comme un canal dédié aux idées.

L’interconnexion neuronale y joue son rôle. Nos cellules sont reliées entre elles et nous relient les uns aux autres plus sûrement que tout autre lien. Il est faux de chercher un lien terrestre, car il est plus important de déceler ce lien neuronal invisible et pourtant bien présent. Les idées sensorielles passent par l’intelligibilité humaine. En somme, nous êtres humains, traduisons sur le plan humain ce que nous décelons. Cela entraîne donc une différence, une certaine perte d’informations par rapport aux idées sensorielles primaires et originales.


La naissance d'une Philosophie

Théorie de la page blanche pour soi-même et pour l'humanité

La liberté

Une éthique et une générosité élitiste ?

Théories des lois cosmiques

Prise de conscience humanitaire

L'absolutisme : Danger ou acte salvateur ?